Etapes pour réussir sa dissertation de philosophie

Méthode à suivre étapes par étapes pour réussir sa dissertation de philosophie. Je prends l’exemple d’un sujet sur la liberté et le bonheur.

Dissertation de philosophie : « Un homme libre est-il nécessairement heureux ? »

Travail au brouillon pour la dissertation de philosophie :

1- Faire venir les idées/ à quoi vous fait penser ce sujet : héros, films, partie du cours, auteurs etc

2 – Analyser le sujet : Définir les termes du sujet : (cf index définitions à la fin)

Ecrire les définitions des termes qui vont être utiles et si elles vont vous permettre de répondre plutôt oui ou plutôt non au sujet ou si cela peut être les deux.

3 – Listez les références utilisables dans le cours :

4- Listez les arguments pour et contre

Organiser votre plan à partir de cela en suivant la forme thèse/antithèse/thèse

5- Formulez la problématique

Rappel pour la structure de la problématique de la dissertation de philosophie :

A première vue, nous pourrions dire que ………………………… (thèse 1) car si (définition)

alors ……  (réponse au sujet)

Mais nous pourrions au contraire dire que …………………………….. (thèse 2)  car si ………………………….(définition)

alors ……  (réponse au sujet)

6- Rappel de la structure de l’intro

– Accroche

– Problématique

– Rappel du sujet

– Annonce du plan

7 – Faire une Accroche

Prenez soit une citation (cf citations possibles à la fin), soit un exemple concret pour introduire le sujet. Si vous prenez une citation elle doit avoir un rapport avec le sujet et vous devez l’expliquer avec vos mots (pas les miens). Si vous prenez un exemple, montrez comment il pourrait répondre au sujet.

Index Définitions utiles :

Définitions de la liberté :

Libre arbitre : avoir la possibilité de choisir entre une chose et son contraire sans être influencé.

Liberté d’action : avoir la possibilité d’aller où on le souhaite sans être contraint c’est-à-dire sans être contraint par une force physique.

Indépendance : être capable de subvenir seul à ses besoins

Autonomie : être capable de se donner ses propres règles sans avoir à suivre les ordres d’un autre. Etre moral c’est-à-dire suivre les règles que nous donne notre conscience morale.

Maitrise de soi-même : être capable de ne pas céder à certains de ses désirs ou certaines de ses passions s’ils ne sont pas bons pour nous. Ex : un alcoolique n’est pas maître de lui-même.

Liberté absolue ou naturelle : C’est la liberté de l’état de nature, être absolument libre c’est avoir la possibilité de faire absolument tout ce que l’on veut.

Définitions du bonheur :

Le bonheur au sens de plénitude : être heureux, c’est un état de satisfaction durable et global qui provient d’un jugement sur notre existence en générale.

Le bonheur selon Calliclès : C’est désirer toujours davantage et remplir sa vie de plaisirs.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Réussir le développement de son explication de texte en philosophie

Le bonheur au sens d’absence de douleur : être heureux c’est ne ressentir ni souffrance dans le corps ni souffrance dans l’âme (inquiétudes). Définition d’Epicure, philosophe latin de l’antiquité.

La joie : C’est le sentiment d’intense satisfaction que l’on ressent quand on a réussi quelque chose qui a demandé des efforts. La joie est donc plus intense que le bonheur, mais aussi de plus courte durée.

Le plaisir : état de satisfaction éphémère souvent lié à la satisfaction d’un désir matériel ou non.

Index Citations possibles :

Le Bonheur :

« Le bonheur est un idéal, non de la raison, mais de l’imagination » Kant, Fondements de la métaphysique des mœurs.

Selon Kant, il faut distinguer deux facultés intellectuelles, la raison et l’imagination. La raison est la faculté d’enchainer des propositions de manières logique, elle fait des raisonnements. Au contraire, l’imagination va créer des images à partir de ce que nous avons déjà senti, mais de manière imprécise et vague. Dire que le bonheur est une idée de l’imagination signifie donc que nous n’en avons pas une idée claire mais plutôt fantasmée et qu’il va donc être difficile pour nous d’atteindre ce bonheur. Cela serait beaucoup plus simple si le bonheur était une idée de la raison car nous aurions alors une méthode logique pour atteindre le bonheur.

« La vie oscille, comme un pendule, de droite à gauche, de la souffrance à l’ennui ». Schopenhauer, Le Monde comme Volonté et comme Représentation, Livre IV, §56-57

Selon Schopenhauer, le bonheur est impossible à atteindre réellement à cause du désir. En effet, quand nous désirons nous souffrons de ne pas avoir encore ce que nous voulons et quand nous avons ce que nous désirons, nous sommes finalement très rapidement habitué et nous sombrons donc dans l’ennui ».

« Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, ce sont les jugements qu’ils portent sur les choses ». Epictète, Manuel, V

Epictète est un stoïcien et en bon stoïcien, il développe une philosophie qui a pour but de nous aider à être indépendant des circonstances et événements qui ont lieu dans notre vie. Selon lui, ce qui nous affecte et peut nous faire perdre le contrôle, ce ne sont pas réellement les événements tragiques de notre vie mais la manière dont nous jugeons ces événements. Si nous disons « c’est une catastrophe, je ne m’en remettrai jamais », ça n’est pas du tout la même chose que si nous considérons que « cet événement est dans le cours des choses et j’irai mieux bientôt ».

La Liberté :

« L’homme est condamné à être libre ». Sartre, L’existentialisme est un humanisme

Selon Sartre, l’homme est condamné à être libre parce que d’abord il ne choisit pas de venir au monde. Mais une fois qu’il est au monde alors tout ce qu’il va faire est de sa responsabilité ou en d’autres termes, il choisit ce qu’il fait de sa vie. Sartre considère que l’homme est absolument libre et que ceux qui prétendent ne pas l’être en se cherchant des excuses sont de mauvaise foi.

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager !

Laissez un commentaire