L’importance de définir en philosophie (2)

J’ai d’abord traité de l’importance de définir en philosophie dans l’introduction de la dissertation. Mais il est également important de bien définir les termes dans le développement, notamment pour que votre argumentation progresse c’est-à-dire gagne en précision et en complexité en allant que vous progressez dans votre devoir. C’est un des critères qui fait une bonne copie.

D’une manière générale, il est important de définir les termes en philosophie car les notions dont vous allez traiter vont souvent avoir plusieurs sens possibles. En quel sens entendre liberté ou bonheur ? Cela n’est pas évident. Il va donc falloir définir précisément en quel sens vous prenez le terme à chaque moment de votre devoir afin de ne pas rester dans des généralités ou des opinions communes. Bien définir ce dont vous parlez va vous permettre de proposer une analyse du sujet et une argumentation précise.

Quand et comment définir les termes dans une dissertation de philosophie ?

Normalement vous avez déjà donné quelques définitions des termes du sujet dans l’introduction. Néanmoins, vous n’y avez sans doute pas encore donné tous les sens possibles et ça n’est pas souhaitable car cela risque d’alourdir beaucoup votre début de dissertation. Je vous renvoie à cet article qui montre que certaines notions peuvent avoir de nombreux sens. Alors comment bien définir dans le développement ? Il faut que cela fasse avancer votre argumentation.

Votre devoir doit progresser en partant des sens les plus communs ou que pourrait défendre facilement l’opinion commune. Par exemple, vous pouvez commencer un sujet sur la liberté en prenant liberté au sens où pourrait l’entendre l’opinion commune c’est-à-dire comme une capacité de faire absolument tout ce que l’on veut (liberté absolue). Évidemment il faut toujours que ces définitions soient intégrées dans votre argumentation et vous permettent de répondre au sujet. Ici encore il n’est pas utile de définir les termes si c’est pour finalement ne rien en faire. Les définitions doivent être au service de l’argumentation.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Comment bien argumenter en philosophie ?

Exemple avec le sujet : « Être libre, est-ce faire ce que je désire ? »

Si vous traitez le sujet « Etre libre, est-ce faire ce que je désire ? » alors une première réponse assez commune pourra consister à dire qu’effectivement être libre c’est faire ce que l’on désire puisque l’on exerce alors sa capacité de faire tout ce que l’on désire (liberté absolue). Néanmoins, il ne faudra pas en rester à cette définition un peu simple de la liberté au risque que votre argumentation ne progresse pas et se répète. Vous pourriez ainsi dans une seconde partie envisager qu’être libre c’est être autonome c’est-à-dire être capable de se donner ses propres règles et donc capable de ne pas toujours céder à ses désirs. Alors être libre ce ne serait pas toujours faire ce que je désire. Ainsi envisager des définitions différentes et de plus en plus élaborées des termes est une très bonne façon de progresser dans votre devoir.

Définir en philosophie c’est aussi faire des distinctions conceptuelles

Par ailleurs, il est très intéressant et valorisée de préciser les notions centrales du sujet en les distinguant de ce qu’elles ne sont pas tout à fait. C’est ce que l’on appelle des distinctions conceptuelles. Il s’agit au cours de votre devoir, de montrer que le terme central du sujet semble proche d’un autre mais qu’en réalité il est possible de les distinguer et que cela permet de répondre plus précisément au sujet. Par exemple sur un sujet tel que « Le bonheur est-il un idéal inaccessible ? », il peut être intéressant de distinguer le bonheur au sens d’état de satisfaction durable et global, de l’idée de joie qui semble proche mais a en réalité un sens bien différent. La joie peut par exemple être définie comme un sentiment de satisfaction intense et éphémère ressenti après avoir réussi quelque chose qui a demandé des efforts. Il pourra alors être possible de répondre au sujet que le bonheur au sens strict n’est peut-être pas accessible mais que la joie si. Vous voyez au passage que distinguer les termes et préciser leurs sens vous permettra parfois de faire une troisième partie intéressante.

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager !

Laissez un commentaire